Exposition Noriac 2017 : 3 photographes récompensés.

couverture
< Article précédent
Article suivant >

Le soir du vernissage, 3 prix ont récompensé les meilleures photos de l’exposition : un prix du public récompensant la meilleure image et deux prix du Jury, l’un pour la meilleure photo et l’autre pour la meilleure série.

Prix du Public 2017

Le prix du public de la meilleure photo 2017 a été remis à Frédéric Blandais.

Les images de Frederic ont été plébiscitées cette année ! Son image de l’arbre et de la voie lactée obtient le prix du public, à une voix de différence avec une autre de ses photos : celle de l’arbre dans la neige ! Carton plein pour Frédéric !

photo

Frédéric Blandais, Prix du public 2017 de la meilleure photo.

Prix du jury 2017

Le Jury était constitué de 3 personnes : Philippe Pécher, Photographe professionnel à Couzeix, Eric Negroni de l’association LFL, partenaire de l’exposition, et Sophie Luciani, invitée d’honneur de l’exposition 2017 et présidente du Jury.

photo

Aubin Lalevée récompensé par le prix du jury 2017 de la meilleure photo

Prix du jury de la meilleure photo

Le prix du jury de la meilleure photo 2017 a été attribué à Aubin Lalevée pour l’une de ses photos des rues du vieux Limoges. Une belle image chargée d’ambiance dont les couleurs rappellent celles d’Amélie Poulain et des films de Jean-Pierre Jeunet. Une belle récompense pour sa première exposition avec Photolim87 !

Focus sur le prix du Jury de la meilleure photo qui récompense Aubin Lalevée pour son image colorée des rues de Limoges

photo

La photo récompensée par le Jury. Photo: Aubin Lalevée

Le mot du jury : Le choix d’une “meilleure photo” dans une exposition aussi variée que celle de l’Expo Noriac – Photolim87 ne peut être que subjectif. Ce choix peut être guidé par des critères tels que l’originalité, ou encore une grande maitrise de la lumière. Sur cette image, Aubin a réussi à retranscrire des couleurs et des lumières qui nous laissent entrevoir son désir de valoriser une ville par l’entremise d’une simple ruelle. Voilà toute la beauté du geste du photographe, quel que soit le parti pris du post-traitement : transmettre quelque chose, en nous interrogeant sur la nature de son désir pour la ville, amour, nostalgie… Il nous rappelle que Jean-Pierre Jeunet ne nous a pas menti en plaçant Amélie Poulain dans un Paris paré d’ocres, il nous a simplement donné envie de l’aimer.

Aubin nous parle de sa photo : une photo de la Rue Lansecot à Limoges au petit matin. J’ai travaillé sur l’ensemble colorimétrique afin d’y apporter une dominante orangée et donc de transporter cette rue dans un univers différent. Je suis très honoré et heureux que le Jury l’ai choisie d’autant plus que c’est pour moi une première d’exposer et que l’ensemble des photos de l’exposition sont tout simplement superbes !

Retrouvez l’interview vidéo d’Aubin dans nos vidéos : https://youtu.be/GKQyQtwy-AQ

photo

La série Bella Maniera de Jacques Merveille récompensée par le prix du Jury de la meilleure série 2017

Prix du Jury de la meilleure série

Le prix du jury de la meilleure série 2017 a récompensé le travail minutieux de Jacques Merveille pour ses diptyques chargés de symboles et d’histoires mis en scène selon des peintures célèbres.

Un travail remarquable et remarqué sur la mise en scène, mais également la gestion de la lumière et les couleurs ,qui a conquis le Jury.

 

Focus sur la série de Jacques Merveille, “Bella Maniera” récompensée par le prix du Jury de la meilleure série 2017.

Une belle reconnaissance pour une série qui a beaucoup plu !

 

photo

Les dyptiques de Bella Maniera.

Ce qu’en pense le Jury : Quoi de plus agréable que lorsque les photographes établissent des passerelles entre les arts, s’improvisant nouveaux architectes de la passion. Nul doute que Jacques Merveille a souhaité nous transmettre la sienne au travers de sa série “Bella Maniera”, un hommage aux peintures de la renaissance, mais aussi, grâce à sa présentation sous forme de diptyques, qui laisse place à sa part créative. A la fois rêveur libre et soucieux du détail, Jacques Merveille nous offre à la fois un travail d’artiste et d’artisan.

Jacques nous parle de sa série : je suis passionné d’Italie; d’ailleurs c’est ma destination annuelle depuis 2008. La richesse de toutes les régions parcourues du haut en bas de la botte est immense qu’il s’agisse de peintures, de sculptures ou d’architecture ou même de paysages et des habitants. La période de la Renaissance me passionne. J’ai une admiration pour ces hommes du quattrocento dont les talents étaient multiples, ils étaient capables de peindre, de sculpter, de s’intéresser à l’astronomie, à l’anatomie, voir talentueux en architecture.
Mon idée était de trouver des tableaux de portraits existants de cette époque et plus, qui collent à mes modèles (mes 4 petits enfants qui ont joué le jeu avec beaucoup de plaisir). La dernière n’est plus Italienne mais issue des Pays bas, le début de l’Europe sans doute. De plus j’aime des photos qui ont une histoire, ce qui m’a donné l’idée de faire des diptyques décalés illustrant la période, les petites histoires du peintre ou du sujet peint. Pour honorer la tendance maniériste née à cette époque à Florence, le décalage et la torsion portrait, partie basse est volontaire. Pour les costumes, quelques morceaux de chiffons attachés à l’agrafeuse ont fait l’affaire.
Nous nous sommes bien amusés et j’avoue que je ne pensais pas que ces images simples sensibiliseraient nos visiteurs, ce partage est un réel plaisir.

Retrouvez l’interview vidéo de Jacques dans nos vidéos : https://youtu.be/4AXXqyVGtzQ